Silhouette

Une silhouette harmonieuse contribue fortement à la sensation de bien-être. C’est le but ultime de la chirurgie plastique que de restaurer des formes équilibrées, sans surcharges localisées qui altèrent les lignes.
Le ventre, les hanches, la culotte de cheval, l’intérieur des cuisses et les bras sont à l’origine de la majorité des demandes de corrections et peuvent être améliorées souvent de manière spectaculaire grâce à des interventions aujourd’hui parfaitement codifiées.

PLASTIES ABDOMINALES

La plastie abdominale est l’une des interventions les plus pratiquées par les chirurgiens plasticiens. Il faut dire qu’elle concerne de très nombreuses personnes aux profils variés. Il peut s’agir de patient(e)s ayant subi un amaigrissement important avec ou sans chirurgie bariatrique (gastroplastie, sleeve gastrectomie, bypass), de femmes après de multiples grossesses, d’autres personnes en fort surpoids souhaitant une amélioration de leurs conditions de vie, ou simplement pour retendre un ventre dégradé par le vieillissement de la peau…
Autant de situations qui pourront bénéficier de l’abdominoplastie, qui associe trois corrections qui seront diversement utilisées en fonction des cas.
Le but principal est la remise en tension de la peau abdominale. Elle peut aussi s’associer à une lipoaspiration pour diminuer la couche de graisse sous la peau conservée, et enfin corriger un relâchement des muscles de la paroi abdominale (correction d’un diastasis des muscles droits de l’abdomen).

BODYLIFT

Cette intervention est la pierre angulaire de la prise en charge des séquelles d’amaigrissements très importants (plusieurs dizaines de kilos) tels que ceux obtenus après la chirurgie bariatrique. Elle vise à redessiner les contours du corps autour de la ceinture, donc de façon circulaire autour des hanches et du ventre. Son bénéfice concerne l’abdomen (ventre), la face latérale et antérieure (côté et avant) des cuisses et les fesses.
Cette intervention aujourd’hui pratiquée régulièrement (depuis une vingtaine d’années environ) a radicalement transformé les résultats que l’on peut espérer dans les séquelles d’amaigrissement majeur.

LIPOASPIRATION

La lipoaspiration permet de traiter les surcharges graisseuses localisées. Elle n’est pas pratiquée pour normaliser le poids. Elle sert à modeler les parties du corps qui dépassent de la silhouette. Elle peut être pratiquée seule ou associée à d’autres interventions comme les abdominoplasties, le bodylift etc.

LIFTING DES BRAS

La peau de la face interne des bras, très fine, est fortement «sollicitée» par les mouvements et en cas de variations de poids importantes ou répétitives. Ceci explique que, associée ou non à une hypertrophie graisseuse, un affaissement cutané est fréquemment observé dans cette région.
L’intervention a alors pour but de réduire l’infiltration graisseuse par une lipoaspiration, mais aussi de supprimer l’excédent cutané et de redraper la peau restante afin de la retendre efficacement. Ces lésions ne justifient pas une prise en charge par la Sécurité Sociale, à l’exception des séquelles d’obésité après chirurgie bariatrique qui peuvent, sous certaines conditions, bénéficier d’une participation financière de l’Assurance Maladie.

LIFTING DES CUISSES

La peau de l’intérieur des cuisses est fine et ses fibres élastiques fragiles. Elle est donc rapidement dégradée par le vieillissement naturel ou par les variations pondérales.
Cette dégradation est souvent mal vécue et la demande de réparation est donc forte.
Au problème de l’excès de peau s’associe souvent le problème d’un excès de graisse localisé à ce niveau. L’augmentation de son volume peut devenir gênant à la marche à cause du frottement.
L’intervention a alors pour but de réduire l’infiltration graisseuse par une lipoaspiration, mais aussi de supprimer l’excédent cutané et de suspendre solidement la peau restante afin de la retendre efficacement.
Ces lésions ne justifient pas une prise en charge par la Sécurité Sociale, à l’exception des séquelles d’obésité après chirurgie bariatrique qui peuvent, sous certaines conditions, bénéficier d’une participation financière par l’assurance maladie.

Nous contacter

Le Dr Patrick MORTIER vous répond